Taxi et véhicules sur Lorient

Un taxi qui se préoccupe de l'environnement à Lorient c'est Your Driver Bretagne

 

La Toyota Prius est en première position pour la voiture la plus utilisée chez les chauffeurs (taxi à Lorient et en France), ci-dessous une source d'informations pour les VTC :

Les chauffeurs de taxis accumulent les kilomètres à un rythme effarant pour le commun des mortels : 70.000 kilomètres en moyenne par an, selon les organismes représentatifs de cette profession. Par conséquent, le conducteur professionnel redoute l'arrêt inopiné de son véhicule. Pour celui qui ne peut compter sur un véhicule de remplacement, la panne est synonyme de perte d’argent. D'où l'importance de la qualité du service qu'assurent les représentants du constructeur à ces clients un peu différents.

C'est donc parce qu'ils savent pouvoir compter sur une prise en charge rapide que les artisans comme par exemple le taxi à Lorient et en France continuent de faire confiance à Mercedes-Benz. Car si l'on en croit l'étude publiée par l'hebdomadaire Auto Plus dans son édition du mois de janvier 2015, ils rencontrent fréquemment des problèmes au volant de leurs Mercedes Classe C et Classe E. La première hérite de la note de 7 points sur dix, la seconde de 7,7/10, lorsque les Renault Scénic et Mégane reçoivent 8 points, les Skoda Octavia et Superb 8,4 points et la Toyota Prius hybride 9,6 points (la meilleure note du classement). Il n'y a que les Citroën C4 Picasso (6,9 points), Volkswagen Caddy (5,7), Nissan Qashqai (5,5 points) et Honda CR-V (5,3 points) pour faire moins bien que la Mercedes Classe C. Dur.

 

Le SAV fait passer la pilule d'une fiabilité plus mauvaise :

 

Les choses s'améliorent pour la marque allemande à l'issue du second sondage de l'enquête Auto Plus. A la question de savoir si un taxi à Lorient et en France rachèteraient la même voiture, 85 % des possesseurs de taxi Mercedes-Benz ont répondu oui, après Volvo (90 %) et Toyota (95 %). Peugeot et Skoda arrivent juste après (oui à 70 %), suivis de Renault (65 %), Volkswagen (60 %) et Citroën (50 %). La qualité du service après-vente sert donc à rendre plus tolérable des pannes dont les Mercedes dans le passé ne n’avaient pas. Celui-ci aide à préserver la rentabilité d'un véhicule qu’un taxi à Lorient considèrent comme une machine-outil.

L'enquête d'Auto Plus rappelle que la mauvaise réputation des voitures françaises n'est pas sans fondement. Renault pâtit aujourd'hui encore de la fiabilité désastreuse des Laguna II et Espace IV du début des années 2000. Cependant, les conducteurs dans le transport de personnes qui ont fait le pari d'un Scénic III (la génération récente) ou d'une Mégane III n'ont pas eu à le regretter : ces modèles finissent quinzièmes à égalité de l'enquête fiabilité, devant les Ford Mondeo et C-Max, les Coréennes Hyundai i40 et Kia Cee'd (au coût d'entretien trop élevé pour un taxi à Lorient), qui précèdent elles-mêmes la Mercedes Classe E. Les Peugeot 308 et 508 font mieux encore que les Renault en terminant respectivement quatorzième et douzième de cette étude.

 

Les voitures Françaises sont mieux considérées que dans le passé :

 

L'opinion positif qu'ont les taxis des Peugeot et des Renault récents n'a pas encore déteint sur le magazine l'Homme-de-la-Rue qui continue à placer les voitures allemandes loin devant. Preuve qu'il faut plusieurs années, sinon des décennies pour se forger l’apparence d'un constructeur sérieux. Aussi surprenant que cela puisse paraître, les professionnels de la route comme le taxi à Lorient sont plus prêts à réviser leur opinion sur les produits d'une marque. Peut-être parce qu'il leur suffit de peu de temps pour évaluer la fiabilité réelle d'un véhicule et qu'ils accordent crédit à l'expérience de leurs confrères artisans.

Si les jugements des conducteurs professionnels vont à l'encontre de beaucoup d'idées reçues, ils confirment par conséquent la supériorité des moteurs hybrides Toyota, comme dans une précédente édition faite en 2013. "Prius, Prius+ et Auris Hybride font l'unanimité", écrit Auto Plus : "les chauffeurs comme le taxi à Lorient nous déclarent ignorer outrageusement les gros problèmes. Tous se réjouissent de la longévité de disques et plaquettes de frein (120.000 km et plus). Le principe même de la partie électrique (frein moteur important en ville) en est la cause. Mention également aux modèles traditionnels de la marque (RAV4, Verso, Avensis), tous très bien notés."

 

Le filtre à particules qui pose des soucis :

 

Parmi les pannes les plus fréquentes et les plus intolérables, les chauffeurs de taxi à Lorient citent de plus en plus souvent la batterie, clairement sous-dimensionnée sur certaines voitures. L'embrayage résiste mal aux défaillances du volant moteur auquel il est positionné (les particuliers en France en savent quelque chose, eux aussi) et la gestion de la boîte automatique ne tient pas toujours dans le temps.

S'il est un organe dont on peut être sûr qu'il ne tiendra pas la distance annoncée, c'est le filtre à particules. A écouter les chauffeurs comme le taxi à Lorient, il s'encrasse en très peu de temps et réclame de nombreux passages au garage. Trop apparemment pour ces professionnels dont Auto Plus suggère qu'ils ne remplacent pas le temps le FAP une fois hors d'usage. Pas très écologique, tout de même.

 

Présentation et Covid-19

Bienvenue sur le site internet de votre chauffeur privé à Lorient, copié et cassé mais pas égalé, le premier vrai conducteur de personnes installé dans le Morbihan, plus de 5000 clients transportés sur des petits ou longs parcours avec toujours un véhicule propre car il est nettoyé et désinfecté à chaque trajet.

Masque obligatoire à l'intérieur du véhicule, possibilité d'en donner.

Gel hydroalcoolique à disposition pour la clientèle.

+33 (0) 688 77 34 88

Véhicule lavé avec des produits biodégradables et non-nocifs pour la clientèle.

Véhicule Hybride qui se recharge tout seul, jusqu'à 5 passagers peuvent monter à l'arrière du véhicule pour une même famille ou des personnes handicapés, d'après le dernier décret sur les obligations pour les Entreprises de chauffeurs de taxis et VTC pour protéger les clients du Covid-19, et seulement si le véhicule est équipé d'une vitre de séparation entre le conducteur et les clients installés à l'arrière, et c'est le cas ici avec une vitre en polycarbonate qui est plus résistante aux chocs qu'une vitre en plexiglas.

Interdiction également de mettre un passager à l'avant.

Pas de vitre anti-postillons = un à deux passagers maximum par rangée de sièges.

Donc n'écoutez pas ceux qui disent que sans la vitre il est possible de transporter autant de passagers qu'ils veulent !

Ici pas de faux avis pour faire monter les notes et pas non plus de fausses annonces de partenariats pour attirer également le client !

Pas de tarifs à 4 euros le kilomètre pour arnaquer les clients et pas non plus de tarifs à 1 euros le kilomètre qui détruit le secteur du transport de personnes par une concurrence déloyale et éphémère dont souvent le patron, dans les deux cas, touche déjà une retraite de militaire ou autre, donc ils ne sont pas dans le besoin mais c'est juste pour passer leur temps, sans penser à ceux qui vivent de leur travail.

Examen et formation taxi = examen et formation VTC

Pas de licence frauduleuse à acheter pour devenir VTC pour ensuite la revendre à un prix encore plus élevé, comme les taxis l'ont mis en place eux-même pour une belle deuxième retraite car souvent ils sont déjà retraités, de plus les taxis ont le droit de transporter des malades assis qui leur assurent un revenu important et régulier et qui supprime l'excuse de la licence pour justifier les hauts tarifs pour les particuliers et professionnels. Avant il fallait le Bac pour être chauffeur de VTC (VTC à modifié le terme chauffeur de grande ou petite remise) et pas pour le chauffeur de taxi, c'était un service au dessus de celui des taxis. Tout à été modifié par le Président de la république quand il était ministre sous Hollande et maintenant la concurrence est très rude.

Maintenant il faut attendre 3 ans pour transporter des malade-assis pour une nouvelle entreprise de taxi, au lieu de deux, l'entreprise à le temps de fermer car les deux tiers des taxis vivent grâce à cela, du coup les grosses entreprises peuvent continuer à s'en mettre plein les poches et garder ce monopole, c'est donc la bataille même entre les taxis.